Restauration, produits frais bientôt indiqués sur les menus

platcuisine

Voilà un amendement voté cette semaine à l’Assemblée Nationale qui a retenu toute notre attention. Cet amendement a été voté dans le cadre de l'examen du projet de loi renforçant les droits, la protection et l'information des consommateurs et a été soumis par Fernand Siré, député UMP des Pyrénées Orientales, fils et petit-fils de restaurateurs qui se sentait donc très concerné par le sujet.

Cet amendement obligera les restaurateurs à indiquer sur leurs menus si les plats sont composés à partir de produits frais. En effet, on ne le sait pas toujours, mais près de la moitié des points de restauration utilisent des produits surgelés, sous-vides ou en conserves ! Et bien peu s’en vantent ! Certains restaurateurs vont plus loin et dupent volontairement le client car, quand il est inscrit « fait maison » sur un emballage de surgelé, ils ne précisent pas que la maison en question n’est pas la leur !!

Mais ne généralisons pas. Il faut savoir qu’en France il y a près de 120 000 points de restauration mais d’après Roland Héguy, président de l'Union des métiers de la restauration et de l'hôtellerie (UMIH), seuls 20 000 pourront prétendre à ce nouvel amendement. Ce dernier se félicite d’ailleurs d’un tel amendement qui permettra « une vraie lisibilité sur le produit ». Il faut savoir qu’il existe déjà le label d'État de «maître restaurateur» créé en 2007 et dont ne bénéficient à ce jour que 1 700 restaurateurs.

Alors qu’est-ce que cet amendement va changer ? Est-ce que les consommateurs se détourneront des points de vente qui ne proposent pas exclusivement des produits frais ?

Rien n’est moins sûr mais au moins il y aura plus de clarté sur le contenu de nos assiettes et la compétence, le savoir-faire de nos chefs seront valorisés. Car pour cuisiner des produits frais il faut du personnel qualifié, beaucoup plus de travail. Toutefois Fernand Siré tempère en expliquant : « Parfois il vaut mieux manger un légume congelé une heure avec sa cueillette plutôt que des denrées qui sont restées stockées plusieurs jours. Nous menons la même réflexion sur le sous-vide. En effet, une viande mise sous-vide présente moins de risques qu’une viande laissée à l’air libre. »

En bref, les pouvoirs publics ont encore à déterminer beaucoup de choses concernant cet amendement, quels produits seront concernés, la façon dont ils seront signalés, certains ont évoqué un astérisque, sur le modèle italien. Mais saluons déjà cette initiative qui propose aux consommateurs plus de transparence sur la provenance de ce qu’il y a dans leurs assiettes !

platcuisine


Back to top